F A Q

A quel moment dois-je consulter un néphrologue ?




Le parcours de soins tel qu’il est organisé actuellement nécessite que ce soit le généraliste qui adresse le patient au néphrologue. Il est souhaitable qu’un premier contact ait lieu le plus tôt possible lorsqu’une pathologie rénale est soupçonnée, surtout s’il existe une insuffisance rénale même modérée. Des mesures diagnostiques ou thérapeutiques ont d’autant plus de chance d’être efficaces quand elles sont appliquées le plus tôt possible. Aujourd’hui encore, près du tiers des insuffisants rénaux chroniques sont vus par un néphrologue moins de six mois à 1 an avant le début de la dialyse. Or, de nombreuses méthodes de compensation des troubles liés à l’insuffisance rénale ou de protection peuvent, si elles sont commencées tôt, retarder l’évolution vers une insuffisance rénale terminale. Certains médicaments sont à éviter ou sont à utiliser à doses adaptées. Il est donc préférable qu’une consultation ait lieu dès que le diagnostic est confirmé, de façon à définir, conjointement avec le médecin traitant, une stratégie de traitement et de surveillance, même si les consultations avec le spécialiste sont espacées au stade modéré de l'insuffisance rénale.





Une biopsie pourquoi faire Docteur ?




La biopsie rénale est un examen irremplaçable pour diagnostiquer avec précision les maladies rénales (pour lesquelles les anomalies urinaires et sanguines ne donnent que des éléments d’orientation), par exemple les glomérulonéphrites ou les atteintes rénales des maladies systémiques (comme le lupus érythémateux disséminé). Elle peut fournir des indications sur le pronostic, et guider le traitement. Elle est réalisée par voie percutanée, sous contrôle échographique, au cours d’une brève hospitalisation. Les accidents sont rares si les précautions et les contre-indications sont respectées. Il faut bien sûr faire cet examen avant que la maladie soit évoluée (risques minimum, lésions identifiables et possibilités de traitement efficace).






J’ai mal aux reins que dois-je faire ?


La plupart du temps, le « mal aux reins » correspond à des douleurs lombaires qui sont d’origine rhumatologique. Il s’agit de douleurs plutôt basses et situées des deux côtés de la colonne vertébrale, s’accentuant en fin de journée ou après des efforts. Les reins ne font souffrir que dans deux circonstances : 1 - Une dilatation rapide des cavités du rein (bassinet) par suite d’un obstacle, notamment un calcul ; c’est la colique néphrétique, douleur très violente et le plus souvent d’un seul côté. 2 - Une distension de la capsule du rein au cours d’un infection aiguë (pyélonéphrite) ou d’autres affections rénales entraînant un brusque gonflement de l’organe. Autant dire que ces douleurs surviennent dans un contexte bien particulier. Si on a un doute sur l’origine rénale de douleurs lombaires, quelques examens simples suffisent pour s’en assurer : échographie des reins, analyses de sang et d’urines. Pour aller plus loin : Les coliques néphrétiques : https://www.ameli.fr/assure/sante/urgence/pathologies/colique-nephretique La pyelonéphrite : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/pyelonephrite Les vrais signes de l'insuffisance rénale :




Comment puis-je m’apercevoir que mes reins ne fonctionnent pas bien ?




L’insuffisance rénale est une maladie particulièrement silencieuse et sournoise, ce qui explique qu’on la découvre encore trop souvent à un stade avancé.

Les signes urinaires sont souvent absents, en dehors de quelques maladies urologiques à l’origine de l’insuffisance rénale (prostate par exemple).

La diurèse est conservée voire augmentée.

Les anomalies biologiques (notamment urinaires) peuvent rester longtemps, isolées. Il faut donc contrôler systématiquement la fonction rénale lors de symptômes tels que :

  • œdèmes avec prise de poids rapide
  • présence de sang et/ou de protéines dans les urines
  • hypertension artérielle
  • diabète
  • essoufflement
  • anémie
  • en présence d’antécédents personnels ou familiaux particuliers
  • ….et aussi systématiquement après 60 ans (une fois par an)

Consultez les liens suivant pour plus d’informations pour les campagnes de dépistages gratuits :

https://www.francerein.org/articles/depistage

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/maladie-renale-chronique/prevention-depistage




Puis-je faire baisser ma tension artérielle ?




Bien sûr, c’est indispensable car l’excès de sel est fatal pour tout le monde!

Pour y arriver il faut :

  • Limiter raisonnablement les apports en sel (de 3 à 6 g par jour au lieu des 12g qui sont consommés en moyenne quotidiennement)*
  • Entamer une perte de poids de plusieurs kilos
  • une activité physique régulière
  • l’arrêt de la consommation de tabac ont un effet favorable sur les chiffres de pression artérielle comme sur son retentissement (tabac) et doivent être conseillés dans tous les cas.
  • Le stress excessif doit être diminué autant que possible (plus facile à dire qu’à faire !).

Mais le traitement médicamenteux sera indispensable si les chiffres de tension ne baissent pas, surtout s’il existe une maladie rénale car l’hypertension artérielle non contrôlée est le principal facteur d’aggravation des maladies rénales quelle qu’en soit la cause.

* Visitez le site du service public pour plus d'informations sur la consommation de sel : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A12940




A quel moment l’on devient malade chronique ?




Lorsqu’une maladie rénale chronique est identifiée, même autre que l'insuffisance rénale, elle va nécessiter un traitement approprié et une surveillance au minimum annuelle. Lorsqu’une insuffisance rénale est irréversible, quel qu’en soit le degré, elle est constatée et surveillée sur une période de plusieurs mois. A partir de ce moment-là, la vie du patient va se transformer car il devra prendre divers traitements effectuer de nombreux contrôles qui ont pour but de le maintenir dans la meilleure santé possible.






C’est quoi exactement la dialyse ?




La dialyse consiste à débarrasser le sang de ses déchets, non éliminés par le rein, au travers d’une membrane semi perméable (naturelle ou artificielle). De l’autre côté de la membrane circule un liquide stérile contenant divers constituants qu’on appelle dialysat. Les concentrations s’équilibrent de chaque côté de la membrane, ainsi les déchets azotés (urée, créatinine, acide urique), le potassium en excès, diverses toxines, sont épurés progressivement. Cette épuration extra rénale peut se faire grâce à deux techniques principales. 1 ) L’hémodialyse ou « rein artificiel » : Elle nécessite un circuit extra corporel (donc un accès aux vaisseaux sanguins, le plus souvent par une fistule artério veineuse), le sang est amené dans un dialyseur comprenant de nombreuses fibres creuses, faites de membranes synthétiques, où circule également le dialysat. Un générateur de dialyse assure la fabrication du dialysat à partir d’eau ultra pure et d’une solution concentrée d’électrolytes. L’hémodialyse se fait en trois séances de quatre heures par semaine 2) La dialyse péritonéale : La membrane semi perméable est constituée par la membrane péritonéale : le péritoine (membrane naturelle qui enveloppe les viscères). Elle nécessite l’infusion, répétée plusieurs fois par jour, de dialysat dans la cavité péritonéale par l’intermédiaire d’un cathéter. Cette technique est effectuée de façon continue. Les contraintes horaires, qui existent dans les deux cas, sont donc de nature très différente.






Combien de temps peut durer une greffe rénale?


C’est extrêmement variable. La tendance naturelle de l’organisme est de rejeter le greffon, c’est pourquoi le traitement traitement immunosuppresseur est indispensable. Les greffes de donneurs vivants apparentés durent plus longtemps. La greffe peut durer entre 15 et 20 ans, voire plus. Si elle est rejetée, il y a la possibilité de reprendre la dialyse en attendant une nouvelle greffe de rein.




Que doit-on faire pour s'inscrire sur la liste d'attente de greffe?


Consulter un néphrologue le plus tôt possible, se rapprocher des réseaux de santé en néphrologie pour bénéficier de leur aide et éventuellement des méthodes d’éducation thérapeutique, des associations de patients pour bien s’informer. C’est le néphrologue qui vous adressera à l’’équipe de transplantation. Celle-ci procédera à votre inscription sur la liste d’attente après la réalisation des divers examens nécessaires.

 Consultez les informations de l'HAS https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2575526/fr/inscription-sur-liste-nationale-d-attente-de-greffe-renale Ci-dessous la vidéo du 1er RDV pré-greffe où l'inscription sur le registre par l'équipe de transplantation.




J’ai un peu peur Docteur, l'insuffisance rénale va changer ma vie ?




Bien sûr cela va changer la vie, mais de grands progrès ont été effectués. Il existe des moyens efficaces pour ralentir et stabiliser la maladie ! Plus tôt on consulte et on s’informe, mieux on se prépare à organiser sa vie en fonction de sa pathologie : hygiène de vie, si besoin contact avec une assistante sociale, un psychologue, information auprès des associations de patients qui éditent de nombreux documents vous permettant de mieux apréhender le parcours de santé. Bref, comme le diabétique qui gère au jour le jour son traitement, vous pouvez devenir acteur de votre prise en charge et garder votre autonomie!







©2019 by inforeinsante.fr